^

Anglicismes

bouche

Contents

Mise à jour
6 février 2017

To François’ homepage

Home

Quelques anglicismes fréquents. Ils sont tellement passés dans la langue française courante qu'il serait vain de croire que l'on pourrait les éradiquer. Dans un langage soigné, il vaut mieux cependant les éviter ; il existe la plupart du temps une expression bien de chez nous qui leur est préférable.

Plusieurs de ces anglicismes se trouvent aussi dans ma page "expressions à éviter" ou dans "faux-amis".




Pensez à votre futur

Selon les dictionnaires, le futur est une forme verbale, un temps grammatical. Les Anglais n'ont pas d'avenir, ils n'ont que le "future". Nous, nous avons les deux. Parler du "futur" dans le sens de l'avenir n'est pas incorrect, mais l'avenir semble bien disparaître de notre langue. Je trouve cela dommage.

Mon voisin supporte l'équipe de Marseille

Moi, je ne supporte pas mon voisin : il est vulgaire et bruyant. Ceci dit, je n'ai rien contre le fait qu'il soutienne l'équipe phocéenne de football. On ne peut toutefois l'affubler du terme de "souteneur" qui a un autre sens précis, donc on est bien obligé de l'appeler un "supporteur" de l'équipe en question ; mais on pourrait aussi très bien appeler mon voisin un soutien de l'équipe de Marseille, ce qui éviterait un vilain néologisme.


Saisissez ces opportunités

Cet anglicisme a tendance à m'exaspérer, comme si l'on ne pouvait pas saisir une chance ou une occasion. Mais c'est l'un de ceux qui sont devenus si courants, que l'on ne peut les combattre. Je recommande pourtant l'usage de l'un des mots en vert si vous voulez écrire en bon français.

Ce que vous dites ne fait pas (de) sens

Ici, il n'y a aucune excuse. On doit dire "ce que vous dites n'a pas de sens". Et ce n'est pas parce que les Allemands sont tombés dans le même panneau ("es macht keinen Sinn") que nous devrions les imiter. L'expression, en allemand ou en français, ne date que de quelques années.

J'ai ignoré ses conclusions

Bon, l'anglais est concis, mais en français, quand on ignore, c'est que l'on ne sait pas. Et pas que l'on feint de ne pas savoir. J'avais bien entendu ses conclusions, mais j'ai feint de ne pas les avoir entendues. Désolé, c'est plus long, mais c'est préférable.

Cette mesure va impacter nos résultats

Là, c'est simple : le verbe impacter n'existe pas non plus en bon anglais. Mais c'est une curiosité de cette langue, notamment aux États-Unis, de transformer en verbe n'importe quel substantif. En bon français, on dira "Cette mesure va affecter nos résultats". Vous pouvez même être plus précis et dire, selon le cas, qu'elle va les détériorer ou les améliorer.

Elle a été dévastée par cette tragique nouvelle

Cette acception n'existe pas en français classique. On peut dire qu'elle a été bouleversée ou atterrée, voire anéantie. L'expression anglaise she was devastated étant néanmoins imagée, il est fort possible qu'elle s'implante solidement en français, mais pour l'instant, je l'éviterais.

Marie a passé son master d'allemand

Je me demande bien pourquoi la maîtrise de naguère a été remplacée par cet anglicisme, parfois orthographié mastère. Il me semble que dans le système éducatif français, les diplômes devraient avoir des titres français...

Saluez l'efficience de nos dirigeants

Le "Petit Robert" cite ce mot comme anglicisme abusif. Le terme normal en français est efficacité. Ceci vaut aussi pour le couple efficient/efficace. Pour un moteur, une machine ou un appareil, on parlera plutôt de rendement.

Jacques est responsable de la maintenance des installations

Cette acception existe bien dans mon "Petit Robert" de 1973 mais avec la mention "mil. XXe ; de l'anglais". Le terme normal en français est entretien.

 


Site map
Site map
© François de Dardel
To François´ home
Home