François de Dardel

TEXTE-TEST

Update 26 Mar 2013

Le texte ci-dessous contient au moins quarante-cinq expressions que je considère malheureuses. À vous de les découvrir.

Ça fait une heure que j'essaie de démarrer ma Clio, mais rien à faire. Il y a des chances que l'alternateur soit foutu. Et son coût de remplacement est conséquent : j'ai pianoté sur Google pour en trouver le prix. Même si ce n'est pas une dépense somptuaire — loin s'en faut — je tente de réduire au maximum mon budget auto, qui impacte sérieusement mes autres dépenses. Pourtant, j'avais fait avec cette voiture un périple important : j'avais débuté mon voyage par l'Autriche avant d'atteindre la Hongrie, pour revenir enfin à Limoges en passant par la Bavière. Et je dois me déplacer à la semaine prochaine sur Saint-Étienne pour mes affaires. Par ces températures négatives, je ne me vois pas faire de l'auto-stop, ni y aller en vélo.

En fait, j'en ai un petit peu assez, quelque part, d'être confronté à ces problématiques de bagnoles soi-disant increvables ; les boniments des concessionnaires s'avèrent la plupart du temps complètement faux. Dès que vous rentrez dans le magasin, ils utilisent les thématiques à la mode, vous parlent d'évasion, et derrière, quand une panne intervient, il n'y a plus personne. Il n'est pas évident d'y voir clair par rapport à leurs arguments: le modèle XYZ est spacieux, il vous permet d'emmener quasiment une armoire normande, il est suréquipé et dispose de toutes les options, et il est si solide qu'il résisterait à une secousse sismique. "En en ce moment, il y a plusieurs autres alternatives ; profitez de ces opportunités". En réalité, pour ne pas que vous tombiez en carafe dans le futur, prévoyez une assurance tous risques... Et le vendeur clôture son discours par un : "Vous avez vu que le magasin est fort bien achalandé — voyez le nombre de modèles exposés — et nous avons sûrement celui correspondant au but que vous poursuivez. Vous aimez celui-ci ? Moi, pareil, je m'en sers tous les jours pour partir à Limoges. Vous pouvez aussi avoir un crédit totalement optimisé, merci de vous en rappeler". Tout cela ne fait guère de sens, et je dirais que j'ai un tout petit peu l'impression d'être retenu en otage jusqu'à ce que je sorte mon carnet de chèques. Je quitte le hall en disant : "Il faudra que j'y réfléchisse", et il me répond : "Pas de souci, Monsieur".


© Δαρδελ

blogger counter