Généalogie Dardel - Fiche Individuelle
Généalogie Dardel - Fiche Individuelle
NomMarguerite Blanche Elisabeth (Colette) de Budé , 14
Naissance1882-09-24, Saint-Légier (VD)
Décès1959-07-16, Orbe (VD)
PèreAlexandre Louis de Budé , 4307 (1850-1913)
MèreLéonie Elisabeth Robert , 4308 (1857-1941)
Conjoint(e)s
Naissance1874-06-21, Pregny-Chambésy (GE)15,16
Décès1938-03-28, Paris 7e
ProfessionAvocat, propriétaire terrien
ÉtudesDr. en droit
Cause du décèsPneumonie
PèreWilliam Barbey , 94 (1842-1914)
MèreCaroline Mathilde Boissier , 95 (1847-1918)
Mariage1901, Genève17
EnfantsPierre William Alexandre , 96 (1902-1930)
 Jacques , 97 (1904-1959)
 Annelise Marie , 99 (1905-1997)
 Olivier Camille Agénor , 98 (1907-1962)
 Valérie Lucile , 2 (1909-1973)
 Dominique Antoine Nicolas , 100 (1915-1984)
Notes pour Maurice Isaac (Conjoint(e) 1)
Docteur en droit en 1902. Brevet d'avocat le 1er mars 190418. Il défendait la veuve et l'orphelin et ne se faisait pas payer par les gens aux revenus modestes. Membre de plusieurs sociétés historiques, et numismate. Participa activement aux fouilles des mosaïques d'Orbe. Il hérita du domaine de Valleyres-sous-Rances. Voir "Souvenirs du Manoir de Valleyres", une page avec de nombreuses photos de famille.

Journal de Genève, 30 mars 1938
Maurice Barbey
Une nouvelle tout à fait inattendue et bien affligeante nous est parvenue hier. M. Maurice Barbey, avocat, si connu, si réellement populaire dans toute cette région qui entoure le « manoir » de Valleyres-sous-Rances, la vieille propriété de famille, est mort après une courte maladie, à Paris, où il séjournait comme chaque année auprès de l'un de ses enfants mariés.
Né en 1874, étudiant à Lausanne et à Heidelberg où il s'était lié avec plusieurs Genevois, licencié et docteur en droit, Maurice Barbey avait tout d'abord pratiqué le barreau à Montreux après s'être mis, comme stagiaire, à l'excellente école de Mes Jean de Murait et Veyrassat. Dès cette époque, il s'était particulièrement intéressé au sort des chemins de fer secondaires, dont il a présidé I’« Union » de 1917 à 1919. Il avait ensuite exercé son activité professionnelle dans cette région d'Orbe si riche pour lui en souvenirs de toute sorte.
Mais Maurice Barbey était aussi un amant fervent de l'histoire et de l'archéologie, un animateur de premier ordre, qui s'était fait connaître par ses travaux, non seulement dans toute la Suisse romande, mais encore chez nos voisins de la Franche-Comté. Ceux-ci l'avaient appelé à faire partie de leur Académie. Il s'était en effet passionné pour les questions relatives à la bataille d'Alesia, ville de la Gaule, en Celtique, dernier rempart de l'indépendance gauloise contre les Romains de Jules-César, et il aimait à rendre compte, dans la Gazette de Lausanne, des progrès des fouilles entreprises avec une nouvelle ardeur dès 1905 et qui ont donné les importants résultats que l'on sait.
C'est à Maurice Barbey aussi que l'on doit maintes captivantes chroniques sur les mosaïques de Boscéaz. Et sur place il n'y avait pas de guide plus sûr, plus habile à renseigner le curieux sur les vestiges romains de la région d'Orbe. Barbey avait longtemps présidé la Société vaudoise d'histoire et avait contribué largement à lui conférer l'importance qu'elle a aujourd'hui. De même il s'était beaucoup intéressé à la Revue historique vaudoise; c'est à son initiative, croyons-nous, que l'on doit les images qui en ornent souvent les livraisons. Aussi Genevois, par ses attaches de famille, que Vaudois, aimant notre ville où il venait fréquemment, celui qui s'en va était l'affabilité même, la courtoisie faite homme ; le nombre des amis qui le pleurent à cette heure est considérable. Peu d'hommes ont autant mérité que lui d'être entourés d'affection, de reconnaissance et de respect.
Que sa famille veuille trouver ici l'hommage de notre plus vive sympathie !19
Dernière modification 2017-11-02Créé le 2021-10-18 avec Reunion
Formulaire de mise à jour

© FD 2021