Retour
Reactions

Discours toujours

OK, dit George Bush, vous nous avez attaqués en traître et cet acte est injustifiable, vous avez fait preuve de barbarie et cette horreur est condamnable, mais derrière le fanatisme et la haine nous autres Américains, plus subtils que vous ne croyez, avons entendu un cri de détresse, un appel, une souffrance, et je vous le dis tout net : nous faisons repentance. Certes nous n'allons pas tendre l'autre joue, ni vous épargner.

Mais nous ferons aussi autre chose. Nous cesserons désormais d'invoquer les droits de l'homme quand ça nous arrange pour mieux les piétiner quand ils nous gênent. Nous cesserons de nous comporter comme des dinosaures et de saccager la planète, de piller ses ressources minières et génétiques pour maintenir notre revenu moyen, qui est quatre-vingts fois supérieur à celui des pays pauvres. Le Bien et le Mal Nous refuserons de laisser croupir des peuples entiers dans la misère pour mieux satisfaire notre boulimie. A la loi de la compétition effrénée et de la marchandisation du monde nous substituerons celle de la coopération méthodique. Nous paierons nos arriérés à l'ONU. Nous signerons le protocole de Kyoto, que nous avions déchiré pour polluer à tout va. Nous essaierons d'éliminer la part de barbarie qui est la nôtre. Nous abolirons la peine de mort (quatre mille prisonniers actuellement en attente dans les couloirs de la mort). Nous interdirons à nos laboratoires pharmaceutiques de vouloir priver les Africains malades du sida de médicaments bon marché. Nous arrêterons de nous surarmer jusqu'aux dents, de poursuivre notre course à l'armement biologique et chimique, de consacrer un budget démentiel à nos armées (270 milliards de dollars) et à notre futur et inutile bouclier antimissile.

Notre CIA arrêtera de fabriquer des petits Ben Laden, de financer des assassins, de fomenter des coups d'État. Nous empêcherons notre protégé Ariel Sharon, l'ancien commis boucher de Sabra et Chatila, de piétiner tout espoir de paix au Proche-Orient.

Et puis, s'emporta George Bush, nous arrêterons de croire et de faire croire que nous sommes un modèle démocratique insurpassable et insurpassé, car nous sommes encore loin d'être au point, avec nos Noirs citoyens de seconde zone, nos quarante millions de pauvres sans couverture médicale, notre taux d'abstentionnisme record, notre complexe militaro-industriel à la Folamour, notre puritanisme et nos universités qui interdisent Darwin. A l'étalage de puissance et au roulage de mécaniques nous préférerons briller par la culture et l'intelligence, et la sensibilité, et... wouahahah ! (il éclate de rire). Excusez-moi les gars, il faut réécrire ça, un discours pareil j'y arriverai pas...

Jean-Luc Porquet

Le Canard enchaîné " - Mercredi 19 septembre 2001 - page 5


Bleach Speech

OK, said George Bush, you attacked us viciously and this cannot be justified, you acted like barbars and this horror is to be condemned, but beyond fanatism and hatred, we Americans, more subtle than what you think, have heard a cry of distress, a call, a suffering, and I am telling you bluntly : we are repenting. Of course, we will not turn the other cheek, nor have mercy.

But we will also do something else. From now on, we will stop invoking human rights when it suits us and stamp on them when they annoy us. We will stop behaving like dinosaurs and ransack the planet, plundering its mineral and genetic resources to maintain our average income, which is eighty times higher than that of the poor countries. Good and Evil We will no longer let entire populations be sunk in poverty to satisfy better our bulimia. To the laws of unrestrained competition and merchandising of the world we will substitute a law of methodical co-operation. We will pay our due fees to UNO. We will sign the Kyoto protocol, that we tore to pollute indiscriminately. We will try to eliminate our own portion of barbary (four thousand prisoners presently waiting in the death corridor). We will forbid our pharmaceutical industry to deprive AIDS-contaminated African of cheap drugs. We will stop overarming ourselves to the teeth, continuing our race for biological and chemical weapons, spending a crazy military budget ($270 billions) and developing our future and useless antimissile shield.

Our CIA will stop producing small Bin Ladens, financing murderers, fomenting coups. We will prevent our protegee Ariel Sharon, the former butcher boy of Sabra and Shatila, from stamping on all peace hopes in the Middle East.

Then, continued George Bush flaring, we will stop believing and giving to believe that we are an unsurpassable and unsurpassed democratic model, because we are still far from that, with our black second-class citizens, our fourty million poor without a health coverage, our record number of absentionists, our Dr. Madlove military-industrial complex, our puritanism and our universities where Darwin is banned. Rather than showing off with our power and machism, we prefer to shine through our culture and intelligence, and through feelings... and whoaoh ! (he bursts out laughing). Sorry, guys, you must re-write this, I ain't going to deliver such a speech...

Jean-Luc Porquet

Le Canard enchaîné " - Wednesday, September 19th, 2001 - page 5

Translated by François de Dardel

Back Livres