^

ˇ

Versification : les rudiments

Bouche
Langage

Mise à jour
4 déc 2019

Blason Dardel
Accueil
On lit trop souvent des vers boiteux, qui ont tendance à m'agacer l'oreille. Les traités de versification sont nombreux mais souvent fastidieux à lire. Il suffit pourtant d'observer deux règles simples pour assurer l'élégance des vers :

Règle N°1

Alterner les rimes masculines et féminines.
On appelle rimes féminines toutes celles qui se terminent par un "e" muet. Toutes les autres rimes sont dites masculines. Cette première règle s'est établie progressivement au XVIe siècle.

Règle N° 2

Ne pas élider les "e" muets devant une consonne.

Lamartine

Mon cœur, lassé de tout, même de l'espérance
N'ira plus de ses vœux importuner le sort ;
Prêtez-moi seulement, vallon de mon enfance
Un asile d'un jour pour attendre la mort.

Notez que dans ces quatre premiers vers du "Vallon" les deux règles sont observées. On prononce le "e" final des mots "même" et "asile".

Selon la première règle, cuiller rime avec fer ou mer, et cuillère rime avec faire ou mère, mais mer ne rime pas avec mère ni fer avec faire...

Dans les chansons, même anciennes, on n'observe pas toujours ces deux règles. Mais alors, on parle de "vers de mirliton".



Exemples

Corneille

Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?

La Fontaine

Maître corbeau, sur un arbre perché
Tenait en son bec un fromage.
Maître renard, par l'odeur alléché
Lui tint à peu près ce langage...

On remarquera qiue dans l'exemple de Corneille, les rimes alternent sous la forme fém-fém-masc-masc, tandis que chez La Fontaine l'alternance est masc-fém-masc-fém, et l'inverse chez Lamarine: fém-masc-fém-masc. Les deux genres sont parfaitement acceptables, et on trouve aussi des rimes "embrassées" fém-masc-masc-fém comme par exemple dans l'art poétique de

Verlaine

De la musique avant toute chose
Et pour cela, préfère l'impair,
Plus vague et plus soluble dans l'air
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.

On remarquera aussi que les vers n'ont pas tous le même nombre de "pieds" (syllabes prononcées). Ceux de Corneille et de Lamartine sont des alexandrins (douze pieds) ceux de La Fontaine alternent entre dix et huit pieds, et ceux de Verlaine en ont neuf.

Deux autres exemples, du vingtième siècle :

Jean Pellerin

Carmen, la changeante Espagnole
Aimait les courses de taureaux.
J'aime la course des bagnoles
Le soir, quand on sort du bureau.

Georges Brassens

C'est à travers de larges grilles
Que les femelles du canton
Contemplaient un puissant gorille
Sans souci du qu'en dira-t-on.
Avec impudeur, ces commères
Lorgnaient même un endroit précis
Que rigoureusement ma mère
M'a défendu d'nommer ici.

Dans les chansons, lorsque un "e" muet est élidé, on a coutume de le remplacer par une apostrophe, comme dans le dernier vers de Brassens.


Lisez, pour vous convaincre du bien-fondé de ces deux règles de base, quelques poèmes d'auteurs célèbres.



Rimes riches

On appelle ainsi les rimes dont la répétition porte sur trois phonèmes ou plus.

Le comble des rimes riches se trouve dans les vers holorimes (du grec ancien ὅλος holos, «entier»), qui riment sur toute leur longueur :

Dans ces meubles laqués, rideaux et dais moroses,
Danse, aime, bleu laquais, ris d'oser des mots roses.


Blason Dardel
Accueil
Site map
Plan du site
Bouche
Langage


Courriel


© François de Dardel